Dans la suite logique de la série, voici l’ivresse : Un personnage est confus dans ses sens et émotions à cause de l’alcool.

Marteen entend au loin les cloches de son village dans un brouillard confus et douloureux. Chaque résonnance percute les pôles des hemisphère de son cerveau en se reflétant dans chaque neurones. Comme à son habitude à chaque retour de mission, il à passer un moment entre amis d’enfance. Il à semble-t-il abuser hier, il a beau retourner dans tous les sens le déroulé, aucune bride de mémoire ne lui revient. Ses paupières sont encore lourdes et la luminosité le rend quelques peu inapte à la bonne mise en route de cette journée.

Combien à-t-il bu ? Telle est la question, son attirance pour l’alcool, lui aura tout le temps jouer des tours plus ou moins dramatique depuis qu’il est s’est engagé. La couverture qui lui laisse les pieds à l’air, dans cette vielle et grande maison froide, l’invite avec insistance à se lever et mettre en route le viel âtre de la chambre victorienne.
La main dans ses cheveux, il se bascule donc pour trouver une position assise, et chercher de l’orteil ses charentaises. Mais dans sa crise aux limites du coma éthylique, celles-ci ne sont surement pas aux pieds du lit comme à leurs habitude. Les coudes dans les genoux, les mains qui frottent la face, les yeux rougis et mode ” dégrisement” en cours”, il faut trouver la force et l’équilibre pour se lever et surtout tenir debout.

Quelle heure est-il ? Les coups de cloches de la vielle horloge lui explosent le crane, aurait-il tant bu ? Bon, la tête est bien sur les épaules, au sens strict du terme, lourde et embuée mais intacte.
Marteen semble marcher sur un navire pirate en pleine mer agitée, olaaa moussaillon tous aux abris, crie-t-il !! Vite, une amarre sur le buffet, un pas, une chaise, ouf le voila sauvé !!.
L’aventure n’est pas pour autant terminée, il se gratte la tête, un grognement rauque sort de sa bouche suivi immédiatement d’une éructation nauséabonde.

– ” Hey toi” lance-il rappelle moi de ne pas prendre de blonde, c’est une horreur après !!

Pourquoi lance-t-il ça comme ça, il est seul dans cette bâtisse ! L’alcool ne lui réussi vraiement pas ! Bon sang, qu’est-ce qu’il c’est passer hier ??
Un café, voila ce qu’il faut un café, la machine est à distance de bras, un bouton ! Ouff, c’est fait…. Hey c’est quoi ce bruit ?? Aie, ca raisonne dans le crane, arreter de faire passer le train a vapeur en direction de Poudlard dans la cuisine , crie-t-il !!! Avant de s’appercevoir que c’est la cafetère qu’il n’a toujours pas détartrer !

Ho non pas encore cette envie de …. Et si mon petit gars, tu joue au grand gaillard mais ton corps se rappelle a ton bon souvenir, oula quel rot , même ” botté” le chat se reveille et râle, ah non il s’enfuis !!

Le café, pense-t-il, vite le café, il se souvient que le café salé est censé aider, mais où est donc fichu cette salière . Une voix résonne dans la tête, la salière à coté du poivre fiston, toujours !!

– “Ah oui, merci Mam !!” heu, Mam ?! tu es morte !! Est ce que je le suis aussi moi ? Nan, mais je veux vivre moi, laisse moi redescendre, je ne mérite pas cette fin !”

Et oui la salière reste toujours a la même place dans cette bâtisse, et heureusement pour les situations comme celles-ci !
bon, la main tremblante prends la tasse chaude, met le sel dedans, mais !!

Marteen ouvre les yeux après avoir vu la première gorgée de cette eau jaunâtre et salée, s’aperçois que c’est un jus de chaussette, le café !! il manque le café !! La cafetière a fait un boucan du diable, tout ça pour un breuvage infecte, de l’eau chaude diluée au café !

Tonnère de Brest, on sonne, mais dans cette pièce c’est une puanteur, ou est l’aérosol des chiottes, vite d’un pas pressé et se tenant aux murs, le voila parti dans les toilettes, oups…. , ses petites affaires fini il attrape l’aérosol et en vaporise la cuisine avant de se jeter sur la porte d’entrée, fait tomber les bonbons au menthol avant d’ouvrir la porte.

hey, il fait si froid que ça au mois de mai ? La porte s’ouvre et une dizaine de personnes chantent à tue tête :

“Happy birthday to youuuuuuuu, happy birthday to youuuuuuuuu happy birthday to youuuuuuu !”

La porte s’ouvre toute seule ! C’est quoi ce délire, une meute d’humains avec tous une bouteille à la main, s’infiltre dans la bâtisse ! Mais qui sont-ils ??

Le malaise, Marteen s’effondre en larmes sur le soffa



Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.