Malgré l’amélioration des méthodes de diagnostic et de la gestion de la dyslexie, de nombreux adolescents et jeunes adultes atteints de ce trouble continuent à avoir des problèmes de lecture. Les résultats d’une étude à long terme, publiés dans le numéro de décembre de la revue américaine, Pediatrics, expliquent comment les troubles de l’apprentissage, et notamment la dyslexie, sont persistants.

“La croyance selon laquelle les enfants atteints de dyslexie finiront par grandir n’est tout simplement pas vraie”, déclare l’auteur principal, Sally Shaywitz, Docteure de médecine à l’université de Yale.

Elle explique que si de nombreux jeunes adultes brillants atteints de dyslexie apprennent à lire les mots avec précision, ils restent des lecteurs lents. “Le déficit phonologique responsable des difficultés initiales de lecture demeure et explique les problèmes persistants”, explique Shaywitz. En d’autres termes, les enfants qui ont été diagnostiqués comme dyslexiques au début de leur scolarité le sont toujours plus tard, même s’ils ont appris à le surmonter dans une certaine mesure.

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/4ecde37e-e33a-4803-9048-cfdacf57bd53/garon_lisant_un_livre.jpg

La dyslexie

Il faut savoir que la dyslexie est un handicap. C’est un trouble de l’apprentissage caractérisé par des problèmes d’expression ou de réception du langage oral ou écrit. Les difficultés peuvent être exprimées en lecture, en orthographe, en écriture, en parole ou en écoute. Selon l’Association internationale de la dyslexie, la dyslexie n’est pas le résultat d’une faible intelligence. Le terme mais décrit un autre type d’intelligence – souvent douée et productive – qui apprend différemment. Selon le Ministère de la Santé Américain, environ 15 % de leur population est touchée par des troubles de l’apprentissage, et beaucoup d’entre eux sont liés à la dyslexie.

L’étude

L’étude dont nous allons parler concerne le caractère rémanent de la dyslexie.

Pour cette étude un groupe d’environ 500 enfants de 3 à 5 ans a été recruté. Lorsque les enfants ont eu 9 ans, ceux qui présentaient des difficultés de lectures persistantes ont été repérés en les comparant à des lecteurs moyens et bons. Chaque enfant a donc fait l’objet d’une évaluation complète de ses aptitudes scolaires, linguistiques et autres aptitudes cognitives.

Au cours de la période d’étude, les chercheurs ont constaté que les déficits en matière de conscience phonologique et de codage persistaient dans le groupe des dyslexiques. La conscience phonologique permet de remarquer, de comprendre et de manipuler les différents sons d’un mot. Les déficits de codage phonologique interfèrent avec le taux de lecture, la précision et l’orthographe.

L’étude a montré que même si les dys parviennent à apprendre à lire, un déficit subsiste dans un bon nombre de cas. Il est cependant avéré que sans accompagnement spécifique, les personnes dyslexiques vont beaucoup moins progresser et vont souvent être contraints d’abandonner les études car ils n’atteindront jamais un niveau correct de lecture et de compréhension. Toutefois, avec un accompagnement adapté, il est possible pour les personnes dyslexiques de progresser suffisamment pour pouvoir poursuivre les études de leur choix. Qu’il soit réaliser par des professionnels des troubles de l’apprentissages ou par les parents, à condition qu’ils soient formés correctement pour aider un enfant dyslexique, un accompagnement est absolument crucial pour les personnes dyslexiques.

Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.