Octobre est un mois un peu spécial pour les femmes, c’est le mois pendant lequel nous sommes sollicitées pour des rappels de dépistages du cancer du sein. Des discutions un peu partout dans les colloques, forums et autres rassemblements qui sont pour le moment bien compliquer suite à la crise sanitaire en cours sur le territoire francais.
Le cancer ou le crabe comme certains et certaines l’appellent comme pour conjurer le sort et rendre le mot moins impactant moralement, est présent depuis la nuit des temps La medecine avance, mais le crabe continue toujours a nous grignoter jour apres jours quand il a reussi à nous attraper du coin de sa grosse pince Ce mois ci, je le dédie plus largement à Céline, cette maman formidable qui nous a quitter la semaine dernière de cette bestiole ignoble et finalement innommable.

Pour moi, je me questionne et je me positionne. Le cancer du sein, est oui certe moins létal en 2020 qu’en 1980. Mais on en meurt encore. Mais pour ma part ce qui m’insurge c’est la prise en charge, cette guerre de l’argent en voyant le prix de vente des gélules ou tout autre médicaments alors que pour certaines molécule c’est quelques poussières d’euro. Pourquoi, pourquoi tant d’argent sont investi dans l’armement, dans les frais de fonctionnements de certains bâtiments n même de retraites ou parachutes dorés trouvent autant de fond ?? Je ne comprend pas, ce manque de considération pour pas forcement vaincre mais au moins trouver des traitements pour améliorer le quotidien des personnes .

Je voudrais aussi signaler, que pour moi le rose va bien au delà. Le cancer du sein ne s’arrete pas au sein féminin ( 1% des cancers du sein concernent les hommes ). La prise en charge est différente, le regard est différent.

Pour ma part, je vous dirais de regarder aussi l’antécédent familial, maintenant on sais que certains cancers ont une trace génétique. Votre corps vous devez le scruter tres minutieusement.

Mais l’association entre4roues est là pour vous soutenir, par ce que une chimio, une masectomie laisse des traces, et pour certains/certaines cette trace est un handicap. Souvenez vous, dans votre entourage, un signe ?  20 % des femmes traitées pour un cancer du sein risquent de souffrir d’un “gros bras” ou lymphœdème. Il faut prévenir aussi, et c’est ce que fait notre association. Certaines patientes ont décider de ne pas aller contre, mais vivre avec avant, pendant et apres. Et nous sommes présents pour elles, et pour eux !! .
Faites vous surveiller si vous êtes a risque, la mammographie est un moyen parmis d’autre car des fois ca ne se vois pas sur cet examen ( et surtout demander à avoir toutes les protections pour pas que les rayonnements endommagent d’autres organes ) .

Spéciale dédicace à : Christiane, Muguette et toutes ses warriors !!

View this post on Instagram

#vivelacanicule #dansmapiscine #vacancescorona

A post shared by Kristan Gillet (@kristangillet) on

Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.