Beaucoup de personnes, se posent cette question, est ce que je dois dire ou pas mon handicap ou ma différence ? Est ce que je vais choquer. A l’inverse, est ce que ça va éclairer les gens qui gravitent autour de moi ? J’avoue que pour moi-même la situation ne c’est pas posée, mais je vous expose quelques pistes de réflexions pour avoir votre propre avis. Il est bon de pouvoir argumenter selon les situations.

Annoncer le handicap à l’école ?

Pour la plus part des enfants handicapés, le choix ne se pose pas, la déclaration MDPH implique bien souvent des aménagements comme AESH , tiers temps, voir même des aménagements pour des rendez-vous médicaux ou para-médicaux sur le temps scolaire.

Une aide allouée sur un temps précis, une pseudo autorisation de venir ou pas sur tout le temps scolaire, je n’aime vraiment pas l’époque actuelle pour ça.

Pour ma part, l’ensemble des enseignants le savais. Il n’y avais pas encore toute cette batterie d’aides du coup, c’était le bon sens pour mon handicap. Le tiers temps, quelques fois les cours polycopiés ( oui, tu vas me prendre pour une dinosaure de l’époque préhistorique ( comme le dit si bien ma Mini-Ours ). J’ai pas été aidée pour les troubles dys, j’ai été en décrochage scolaire. Je suis sortie du cycle ordinaire en 5eme, Je me suis rattrapée plus tard, en reprenant des études dans le cycle professionnel. La, on voyais moins mes incapacités car j’ai appris a les contourner

Priscille, 47 ans.
Annoncer le handicap

Annoncer le handicap à ses ami-e-s ?

La, deux clans arrivent. Le clan du handicap visible suivi par le clan du handicap invisible. Chez les ami-e-s, bien souvent ça se passe plutôt bien. Des vrai-e-s ami-e-s ne se posent pas trop de questions. Ils sont bien avec vous, et ça se vois ! Surtout, il ne faut pas hésiter à poser ou répondre aux questions, il vaut mieux se poser une question que de rester dans l’ignorance. Une bonne série passe actuellement sur le petit écran, en parle régulièrement ( Demain nous appartient ) Les relations peuvent être déformées du coté intime, mais souvent c’est aussi venant de la personne handicapée elle-même.

J’ai de la chance, ça se voit. Les gens ne me posent pas de question, plus jeune oui. Comment c’est arrivé, est ce que ça s’attrape.

Et moi, est ce que j’ai annoncer le handicap ?

Pour ma part, oui ! Ça ma apporter un piment dans ma vie, une variante car j’ai appris à vivre avec, ce petit plus me fait poser plein de question. Je l’ai dis a l’école, je l’ai dit pour les recherches d’emploi ( n’oubliez pas que les entreprises sont soumise a l’obligation d’emploi d’un quota de personnes handicapées).

Pour mes relations, j’ai juste expliquer pourquoi j’avais du mal à aller en ballade avec eux. Pourquoi j’avais du mal a monter les escaliers, une bonne explication, et tout passe bien. Le plus gros soucis, c’est d’expliquer que mon écriture peut-être abrégée pas forcement parce que je ne sais pas écrire mais pas économie de gestes. Et puis expliquer, que je sais les règles mais que ce n’est pas automatique comme pour une autre personne.

Voila tu peux maintenant avoir ton propre avis, il y a du bon et du contraire, si ça n’entache pas tes interactions, selon si c’est visible ( n’oublions pas que 80% des handicaps sont invisible ) Tu peux aussi me laisser un commentaire, peut-être que nous pourrons tenter ensemble de voir ce qui est le mieux dans ta situation !! Je t’attends !!

Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *






Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.