Pendant les vacances, on prends des fois l’option de prendre le temps. Dans ses moments là, on peut choisir entre plusieurs options. Méditation, lecture, travaux créatifs, écriture. Etant partie dans une région avec des points historiques, j’ai pu passer non loin des vestiges du camps d’internement de Pithiviers. Mon hôte familial avais trouver un livre témoignage de cette époque si intrigante à mes yeux et à ceux de ma fille. Voila ma présentation du livre de Philippe BARBEAU et Annette KRAJCER, Le dernier été des enfants à l’étoile

Le dernier été des enfants étoile, le contexte

Présentation du livre de Philippe BARBEAU et Annette KRAJCER Le dernier été des enfants à l'étoile
Présentation du livre de Philippe BARBEAU et Annette KRAJCER Le dernier été des enfants à l’étoile

 récit improbable entre une femme rescapée de ce camp, Annette et d'un jeune étudiant aspirant… Click To Tweet

C’est l’histoire d’une rencontre et d’un récit improbable entre une femme rescapée de ce camp, Annette  et d’un jeune étudiant aspirant professeur.

Il faut rappeler le contexte de la seconde guerre mondiale, 1939-1945. Les scènes se passent à Paris, lors de la rafle du Vel’ d’hiv’ ( Vélodrome d’hiver ) le 16 juillet 1942. Sophie, Léa, Annette Krajcer sont arrêtées chez elles et transférées au Vel’ d’Hiv’ avec plus de 8 000 personnes.

Le 19 Juillet,  elles sont transférées du Vel’ d’hiv’ au camps de Pithiviers dans le loiret (45).
Le 2 Août, Sophie est séparée de des deux filles, Annette et Léa qui restent au camp.

3 Août, Sophie est déportée a Auschwitz par le convoi des « mères » , le convoi 14. C’est son ultime voyage. Sur les 1034 déportés de ce convoi, seuls 4 survivants reviendrons en 1945.
15 Août, les deux fillettes sont transférées à Drancy avec les autres enfants en vue de leur déportation.

Elles échappent au départ prévu le 19 août pour Auschwitz, et restent internées à Drancy grâce à une tante

Le dernier été des enfants étoile, mon impression.

 

C’est un récit lourd d’histoire et de sentiments. Je suis transvasée dans l’histoire de cette famille, mais aussi dans l’émotionnel d’Annette, qui raconte quasiment d’une traite son vécu à un inconnu, tout ça car l’étoile est tombée de son dossier. A la place de Dimitri , j’aurai été gênée mais rongée par l’envie d’entendre. Entendre pas dans le but de colporter ou autre volonté malsaine, mais entendre pour le partage.

J’ai lu en deux soirées, c’est un texte très bien écrit, compréhensible pour les enfants, l’atmosphère est lourde pour nous adultes, mais Annette Krajcer ne met pas de connotations trop difficile a lire et vivre pour un ado.

Ça faisais un moment que je n’avais pas lu quasiment d’une traite, et je ne regrette pas
Le dernier été des enfants à l’étoile.
A pithiviers, le camps est encore détectables, les fondations des baraquements sont encore présentes, on peut les voir le long de la voie que j’appellerais rocade, direction Pithiviers le viel.

J’ai pu apercevoir en ville, des mémoriaux dédiés, je pense que ça fera l’objet d’un autre article. Pour moi l’histoire est importante, surtout cette période. Nous n’oublierons pas, que la population handicapée, fût une des premières à faire le macabre test de la machine infernale de  l’extermination prévu par un homme.C’est un livre des Editions Oskar, collection Histoire et société, auteurs Philippe Barbeau et Annette Krajcer

Et vous, avez vous lu des histoires de cette période ? 

Fondatrice de l’Association Entre4roues, du concours MISS-MISTER HANDI FRANCE
0 commentaire

Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *