Une adolescente américaine, Julia Bluhm, 14 ans, se retrouve sous les feux de la rampe médiatique suite à une initiative pour le moins pertinente. Elle lutte contre l’industrie de la mode qui persiste à mettre en avant des mannequins trop jeunes, trop maigres, ou simplement trop retouchées.

En la matière, l’actualité s’avère particulièrement dense. Outre les activités de cette jeune collégienne envoyant à l’un de ses magazines préférés (Seventeen) une pétition réclamant la fin de l’utilisation excessive des retouches photo, outre le fait qu’elle veuille une mise en avant de personnes normales dans ce magazine et les autres, Vogue prend également des mesures allant dans ce sens.

La pétition de Julia postée sur le site Change.org relance un débat vieux de plusieurs années. Les modèles trop maigres, anorexiques ne renvoient pas aux jeunes filles une image sociale normale, acceptable.

Les troubles de l’alimentation augmentent constamment, les dépressions, la baisse de l’estime de soi, les cas d’anorexie se développent toujours plus… Et nombre d’associations se mobilisent depuis plusieurs années pour que les créateurs, les magazines cessent cette course en avant vers la fausseté et la mise en danger claire des personnes les plus sensibles.

Lynn Grefe, présidente de l’Association américaine des troubles du comportement alimentaire, sur ABC News dit : « Les publicités ou les photographies dans les magazines ne sont pas la cause directe des troubles alimentaires. Nourrissent-elles ce type de désordre ? L’aident-elles à prendre plus d’importance et dégénérer en maladie chronique ? C’est une évidence ».

Agir vite.

L’initiative de Julia ne reste pas lettre morte et les consciences semblent s’éveiller (62 000 signatures environ pour sa pétition). Revendiquant être naturelle et souhaitant le rester, elle voit son action relayée par une prise de position du magazine le plus influent de la mode mondiale : Vogue. Les rédactrices en chef des 19 éditions mondiales de Vogue s’accordent, depuis la signature d’un pacte, à ne plus accepter dans les shootings du magazine des mannequins anorexiques de moins de 16 ans…

Le mouvement se retrouve ensuite dans les pages de Glamour, édition US, qui demande à ses lectrices leur avis sur cette épineuse question. Fin février les résultats tombent : 43 % des femmes pensent acceptable qu’un magazine retouche les photos, 30 % l’acceptent dans la pub.

Cindi Leive prend acte et semble aller dans un sens visant à réduire l’impact des retouches photo pour laisser place à davantage de naturel !

Et en France ?

Si aux Etats-Unis le mouvement semble bel et bien lancé sur des initiatives populaires ou provenant des papesses de la mode et des magazines, la France semble légèrement en recul. Quand bien même nombre de mesures ont déjà été prises, la Députée Valérie Boyer milite activement avec une loi allant en ce sens (âge minimal, retouches, etc.).

Le problème étant mondial, les mesures doivent être proses à l’identiques partout. Israël vient en effet d’adopter un dispositif légal identique à celui proposé par Valérie Boyer. L’interdiction des mannequins trop maigres sur les publicités s’avère, suivant la loi votée par Israël, stricte.

Si la prise de conscience prend autant d’ampleur en France, on peut espérer que les troubles alimentaires, les anorexies, les morts, voient leur nombre baisser. A chacun d’agir, en conscience, aux créateurs, aux magazines de montrer l’exemple.

Yann.

Votre message

Fondatrice de l'Association Entre4roues,
1 Commentaire

1Pingbacks & Trackbacks on Jeunesse, anorexie, retouches et prise de conscience

Repondre

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Commentaire *